Maliza Kiasuwa

Kiasuwa, née en 1975, est une artiste visuelle d’origine européenne et africaine.  Elle vit et travaille au Kenya. Maliza crée des œuvresavec des éléments stimulants et éclectiques. Elle célèbre le pouvoir mystique de la nature en Afrique mystique de la nature africaine en utilisant des matières premières et des symboles traditionnels de l’énergie qui coule dans les veines du continent.

Maliza transforme des articles de tous les jours en combinant des méthodes réductrices réductrices de déchiquetage et de torsion avec des processus constructifs de ficelage, de tissage, de couture et de teinture. “Le processus est fluide et concentré, il devient une méditation. Maliza Kiasuwa a exposé au Kenya, en Suisse, en Italie et en Angleterre.

Je vis dans une ferme désaffectée au bord du lac de Naivasha, au cœur de la grande vallée du Rift, cœur de la grande vallée du Rift.  C’est un jardin d’Eden africain, la coexistence de ces deux mondes est une source inépuisable d’inspiration : mon art reflète à la fois la beauté brute de la nature sauvage africaine et l’art africain du recyclage de la couture et du raccommodage.

Mes sculptures et mes collages sont faits de morceaux que je collecte au cours de mes expéditions quotidiennes que je collecte au cours de mes expéditions quotidiennes : fils de coton, cordes artisanales en paille ou en caoutchouc, sacs en plastique échoués sur les rives du lac. Parfois, je combine des matériaux locaux avec des tissus faits main, comme le papier japonais Washi. J’aime assembler des choses qui ne vont pas ensemble.

Je suis un artiste autodidacte, libéré du formatage des écoles d’art. Je défais, coupe, déconstruis et réassemble les matériaux. Je leur donne une nouvelle vie et une nouvelle forme, tout en essayant de préserver l’intégrité et l’origine de chaque élément du processus. Je peins et dessine également, et j’aime passer de l’un à l’autre, mais ceci est une autre histoire…. Miles Davis disait que le jazz est la combinaison parfaite entre la discipline et l’improvisation. Cela me plaît. La plupart de mes œuvres d’art ressemblent à des totems, j’ai essayé d’honorer la nature et de réconcilier l’homme et la nature en assemblant diverses textures que je sème ensemble comme le ferait un chirurgien après une blessure grave.


Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/congobie/public_html/wp-includes/functions.php on line 5107

Notice: ob_end_flush(): failed to send buffer of zlib output compression (0) in /home/congobie/public_html/wp-content/plugins/really-simple-ssl/class-mixed-content-fixer.php on line 110